On My Sister’s Death

by Eric Chaet

Death took my sister today—
it’s okay, she was suffering, a long time—
she’d become sweet as when she was a girl
before her husband’s death frightened her
& she gave free rein to her ambition
without a clue how to fulfill it—
so she wound up alone in a room, bitter—
in recent decades, her body malfunctioned
more & more episodes, longer lasting
til she gave up on making her way in the world
or being able even to care for herself.

Blow after blow, shedding illusion after illusion—
she dropped her suspicion that my bold differences
with everyone with whom she shared agreement
meant that I thought her a fool—
she thanked me for sharing my time with her
& became honest with me, finally.

Also, she began asking me what I was doing
& took pleasure in my occasional little gains—
well aware of the vast frustrations they were part of
& sensing the equally vast achievement
she was confident they were part of—
whereas I’m all too aware
that they may come to nothing
depending on what I do
& on all sorts of behavior & phenomena
I have no control over—
it was a relief for me to have someone to talk to
who didn’t pretend I’m not doing what I’m doing—
& it’s strange to be in the world
in which she no longer has a stake or interest.

///

///

À LA MORT DE MA SOEUR – Eric Chaet
traduction française – Josée Brewer

La Mort a prise ma soeur aujourd’hui—
c’est bien, elle souffrait, depuis longtemps—
elle était agréable comme lorsqu’elle était une jeune fille
avant que la mort de son mari ne l’effrait
& avant qu’elle aille donné libre cours à son ambition
sans aucune idée pour la satisfaire—
donc elle s’est ramassée toute seule dans une pièce, amère
dans les décennies récentes, son corps a fait défaut
plusieurs & plusieurs épisodes, durant plus longtemps
jusqu’à ce qu’elle abandonne l’idée de faire sa place dans le monde
ou n’étant même plus capable de s’occuper d’elle-même.

Coup après coup, se dépouillant d’illusions après illusions—
elle a abandonné son soupçon que mes différences grossières
avec tous ceux avec qui elle était en accord
voulait dire que je la croyais folle—
elle m’a remercié d’avoir partager mon temps avec elle
& est devenue sincère avec moi, finalement.

Aussi, elle a commencé à me demander ce que je faisais
& s’est réjouit de mes gains occasionnels—
comprennant très bien les vastes frustrations venant avec
& percevant la réussite également vaste
et sûre qu’elle venait avec-
tandis que je comprends trop bien
qu’elles pourraient abouttir à rien
dépendamment de ce que je fais
& de toutes sortes de comportements et d’évènements
sur lesquels je n’ai aucun control—
c’était un soulagement pour moi d’avoir quelqu’un à qui parler
qui ne prétendait pas que je ne fais pas ce que je fais—
& c’est étrange d’être dans ce monde
dans lequel elle n’a plus d’investissement ou d’intérêt.

///

///

Previously published in The Moonlight of Corea, Seoul, South Korea.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: