We’re Not Who People Say We Are

by Eric Chaet

I’m not who people say I am—
& you’re not who people say you are, either.

People say I’m a poet, writer, artist—
I write, all right
& sometimes what I write is poems—
better to say I’m a so-called poet
so-called writer, so-called artist—
I create works of literature, visual art, music
sometimes, not all that often—
but I sleep, too—but don’t call me a sleeper—
& I eat, drink, shit, piss—
but don’t call me eater, drinker, shitter, pisser—
when I know what to do that might be truly useful
I try to undermine the tyrants who rule us
but I’m no revolutionary or insurgent or anarchist
& certainly not a liberal or conservative!—
sometimes I’m trying to be a good citizen, that’s all—
people call me an ass-hole sometimes, or a fool—
&, sure, sometimes I do things I later regret
out of ignorance or shame
& attempting to be thought more than I am—
I’m trying to eliminate such behavior
but I’m in no position to issue guarantees—
I’ve loaded trucks, operated machines
planted seeds, murdered weeds
ordered eggs at the counter of a diner
sung with joy
dragged my desolate self
from one place where I had no business to another—
I’m a unique being—
however much
I share physically & culturally with others
& what I do & how, or refrain from, or fail to do
has unique consequences—
it’s like that for you, too.

These labels people lay on me—
it’s laziness or stupid programming
or cruelty—a way to keep me intimidated & rule me—
same for the labels people lay on you—
same for the labels I lay on myself
& the labels you’re laying on yourself—
sure, it’s a crushing weight having to figure out
what the hell you’re going to do next—
not being able just to cruise along
as tho everything’s been decided—
having to realize that the atmosphere & Earth’s crust
& the Sun & Milky Way & the other galaxies
have absolutely no consideration for your well-being—
& how deluded & difficult others are—
some are crocodiles or like crocodiles
& you look like a hamburger to them!—
but, don’t sweat it, you’ll be dead soon enough.

If you have to call me anything, call me by my name—
it’s just a name, but it doesn’t mean anything but
whoever the hell & whatever the hell I am—
now—even more than in the past or future—
& it’s like that for you, & your name, too.

///

///

NOUS NE SOMMES PAS QUI LES GENS DISENT QUE NOUS SOMMES
Eric Chaet
traduction française – Josée Brewer

Je ne suis pas qui les gens disent que je suis—
& vous n’êtes pas qui les gens disent que vous êtes, non plus.

Les gens disent que je suis un poëte, un écrivain, un artiste—
j’écris, c’est vrai
& parfois ce sont des poëmes que j’écris—
il est mieux de dire que je suis ce qu’on appèle un poëte
ce qu’on appèle un écrivain, ce qu’on appèle un artiste—
je crée des oeuvres de litérature, de l’art visuel, musique
parfois, pas très souvent—
mais je dors, aussi- mais l’on ne m’appèle pas un dormeur—
& je mange, bois, chie, pisse—
mais on ne m’appèle pas un mangeur, buveur, chieux, pisseux—
quand je sais quoi faire qui pourrait être vraiment utile
j’essais d’ébranler les tyrants qui nous gouvernent
mais je ne suis pas révolutionaire ni insurgent ou anarchiste
& certainement pas libéral ou conservateur non plus!—
parfois j’essais d’être un bon citoyen, c’est tout—
les gens m’appelent un trou d’cul des fois, ou un fou-
&, oui, des fois je fais des choses que je regrète plus tard
due à mon ignorance ou honte
& en essayant d’apprendre plus que ce que je suis—
j’essais d’éliminer de tel comportements
mais je ne suis pas en position de donner des garanties—
j’ai chargé des camions, opéré des machines
planté des graines, tué la mauvaise herbe
commandé des oeufs au comptoir d’un resto
chanté avec joie
je me suis trainé désespéremment
d’un endroit où je n’avais aucune affaire, à l’autre—
je suis un être unique—
peu importe combien
je partage avec les autres physiquement et culturellement
& ce que je fait & combien, je me retiens, ou j’échoue
ont des conséquences uniques—
c’est comme celà pour vous, aussi.

Ces étiquettes que les gens me donnent—
c’est de la lâcheté ou de la stupide programmation
ou cruelté- une façon de me garder intimidé & me gouverner
même chose pour les étiquettes que les gens vous donnent—
même chose pour les étiquettes que je me donne moi-même
& les étiquettes que vous vous donnez—
oui, c’est un poids écrasant d’avoir à trouver ce que vous allez faire—
n’étant pas capable d’aller avec le courant
comme si tout avait été décidé—
ayant à réaliser que l’atmosphère & la croute Terrestre
& le Soleil & la Voie Lactée & les autres galaxies
n’ont absolument aucune considération pour votre bien-être—
& combien dupes et difficiles les autres sont—
quelques uns sont des crocodiles ou comme des crocodiles
& vous avez l’air d’un hamburger pour eux!—
mais, ne vous inquiétez pas, vous serez mort assez tôt.

Si vous avez à m’appeler quelque chose, appelez moi par mon nom—
ce n’est qu’un nom, mais il ne signifie
rien sauf qui diable & quest-ce que je suis—
maintenant- encore plus que dans le passé ou le futur—
& c’est comme celà pour vous, & votre nom, aussi.

///

///

Also posted online at the beatnik (England).
Previously published in The Moonlight of Corea (Seoul, South Korea).

///

emerging self / bildung series

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: