As Tho I’d Never Existed

by Eric Chaet

I return to my work again:
it’s as tho I’d never existed
the river of cars rolls by
no driver notices me walking toward the mill
my wife’s redecorating for the nth time
it’s as tho I’d never muttered anything coherent
bigots & candidates for acclaim on all sides
resume their denunciations of whoever withholds
unreserved allegiance to their crusades & rationales
it’s as tho I’d never left my mother
or picketed the Columbia, Missouri post office
books, recordings, films
pour out of Manhattan, London, Nashville, L.A., Mumbai
those without shelter hunt for shelter
calcium & phosphate ions move between bones & blood
back & forth, acceleration & deceleration
people with more money than they need
put it into & take it out of stocks & bonds
incumbents try to control insurgents
insurgents try to stay alive & replace incumbents
reporters relay official pronouncements
they don’t comprehend or question
entrepreneurs & marketing executives fuel up on coffee
(pesos & dollars are exchanged electron by electron)
& wrack their brains trying to estimate
how much of what those with a lot of money will buy
& those with a little, but a lot in aggregate, will buy
if prompted, & how soon, & how prompted?
explosives are exploded & more explosives are produced
people die & others are born
likewise bacteria, insects, & mice
seeds & spores, flowers & fruit, winter & spring
it’s as tho I’d never invented the wheel & axle
as tho I’d never set photosynthesis going
never lifted a weight, operated a press, washed dishes
as tho I’d never lost a week of nights of sleep
fearful all the efforts I’d invested—
when I invest, I invest myself!—
would spiral down the drain
as tho I’d never hunted & deployed a plug!

I roll up my sleeves:
it’s thrilling to return to work again
a million times more skillful & less ignorant—
still daunted, yet more powerful than the first time I began
or even the last time—
& no one any more aware of it now, than then!

///

///

COMME SI JE N’AVAIS JAMAIS EXISTÉ – Eric Chaet
traduction française – Josée Brewer

Je retourne à mon travail encore une fois:
c’est comme si je n’avais jamais existé
la rivière d’automobiles me passe
aucun conducteur ne me remarque alors que je marche vers le moulin
ma femme qui redécore pour la inième fois
c’est comme si je n’avais jamais rien dit de cohérent
bigots et candidats félicitants de tous côtés
continuent leur condamnation de ceux qui leur refusent
allégeance pour leurs croisades et justifications
c’est comme si je n’avais jamais laissé ma mère
ou fait du piquet au bureau de poste de Columbia, Missouri
livres, enregistrements, films
viennent de Manhattan, Londres, Nashville, L.A., Mumbai
ceux sans abris cherchent un abri
ions de calcium & phosphate se déplacent entre os & sang
d’avant & arrière, accélération & décélération
des gens avec plus d’argent qu’ils en ont besoin
la mettent dans des actions et des bons & la retirent
les officiants essaient de contrôler les rebelles
les rebelles essaient de rester en vie
& de remplacer les officiants
les journalistes retransmettent les opinions officielles
ils ne comprennent pas et ne questionnent pas
entrepreneurs & responsables de marketing
qui fonctionnent au café
(pesos & dollars sont échangés électrons par électrons)
& se creusent la tête à essayer d’estimer combien
de ce que ceux qui ont beaucoup d’argent achèteront
& ce dont ceux qui ont peu, mais beaucoup en agrégat, achèteront
s’ils sont encouragés, & quand, & encouragés comment?
Les explosifs explosent & d’autres explosifs sont créés
les gens meurent & d’autres naissent
tout comme la bactérie, les insectes, & les souris
les graines & spores, fleurs & fruit, l’hiver & le printemps
c’est comme si je n’avais jamais inventé la roue & l’essieux
comme si je n’avais pas démarré la photosynthèse
n’avais jamais levé un poids, opéré une presse, lavé la vaisselle
comme si je n’avais jamais perdu une nuit de sommeil
craintif de tous les efforts investis-
quand j’investis- je m’investis!-
tout serait anéanti
comme si je ne m’étais pas montrer à la hauteur!

Je remonte mes manches:
c’est excitant de retourner au travail encore une fois
mille fois plus qualifié & moins ignorant-
encore intimidé, mais aussi plus adroit
que la première fois et même que la dernière–
& personne n’en est plus conscient maintenant, qu’avant!

///

///

Also published in The Moon Light of Corea (S. Korea).

///

metanoia composure series
changing world forever for better series

Advertisements

%d bloggers like this: